Crédit auto expresso : quels facteurs influencent les taux d’intérêt sur un crédit automobile ?

Crédit auto expresso

Publié le : 06 janvier 20247 mins de lecture

Un emprunt pour acquérir un véhicule, voiture ou deux-roues, doit rester accessible. Faute de quoi, les éventuels souscripteurs perdent en pouvoir d’achat ou peinent à rembourser leurs échéances. Cependant, il est possible de décrypter ce que peut receler un pourcentage d’intérêts afin de choisir le plus avantageux pour soi. Certains facteurs sont fixes, mais d’autres se révèlent modifiables. Zoom sur les mystères de ces taux !

Choisir le bon crédit auto

Ce type de prêt modulable peut s’adapter aux emprunteurs et leur fournir une réponse sur mesure. En ce qui concerne l’achat d’un scooter ou d’une voiture, un crédit à la consommation convient très bien. Cette formule permet en effet d’obtenir un financement pouvant aller jusqu’à 75 000 euros. Lorsque cette avance concerne l’acquisition d’un bien précis, en l’occurrence un moyen de locomotion personnel, c’est le crédit à la consommation dit affecté qui s’impose. Des banques réputées proposent cette solution, comme en témoigne l’interface particuliers.societegenerale.fr. Un prêt affecté requiert des justificatifs. Ces derniers attestent que la somme empruntée a bel et bien été employée, dans ce cas précis, pour un achat de véhicule. Ce style de crédit a l’avantage de coûter moins cher qu’un prêt personnel. Ce dernier sert à financer l’achat d’un bien au choix, quel qu’il soit, voire des travaux. Aucune facture n’est alors réclamée par la banque. Son taux d’intérêts dépasse celui du prêt affecté. Cette différence se justifie par plusieurs critères. Le type de véhicule convoité a une influence sur le taux du crédit. Sa marque et son modèle, son ancienneté pour une voiture d’occasion, ont aussi un impact sur le coût de votre crédit auto. Un véhicule onéreux implique en général l’emprunt d’une somme élevée, ce qui rend par conséquent les mensualités plus lourdes pour le budget du souscripteur. Il faut savoir que les organismes prêteurs estiment les risques liés aux capacités de remboursement de leur clientèle. Leurs évaluations se basent entre autres sur la fiabilité du véhicule choisi par l’emprunteur. Ce critère joue aussi sur le taux du crédit. C’est également le cas de la durée de remboursement du montant prêté. Si l’emprunteur verse un apport, a fortiori un acompte important, le pourcentage d’intérêts peut être plus bas.

Le vrai prix du crédit

L’indice le plus révélateur à cet égard correspond au TAEG : taux annuel effectif global. Selon les cas, un crédit automobile étant personnalisé, ce taux s’élève de 2,5 à 10 % du montant accordé par le prêteur. Ce chiffre permet aux potentiels signataires d’un prêt auto de faire des comparaisons pertinentes. Il faut en effet mettre en parallèle le coût total de chaque offre. Cette indication doit obligatoirement figurer par écrit sur tous les supports de la banque : annonces publicitaires, simulations préalables, ainsi que sur les contrats de crédit à présenter aux souscripteurs. Si le TAEG n’est pas mentionné (ou si le chiffre s’avère erroné), les intérêts sont annulés en partie ou en totalité par la justice. Le cadre juridique du crédit auto stipule également que le TAEG ne doit pas dépasser le taux maximal d’intérêts autorisé en France. Il est en outre possible de faire baisser davantage le TAEG, après avoir sélectionné une offre ad hoc et concurrentielle auprès d’une banque. Le signataire potentiel peut en effet avoir une marge de manœuvre sur les frais de dossier facturés par le prêteur. Cette dépense supplémentaire est ainsi susceptible de diminuer. Dans certains cas, les frais sont même supprimés. Un crédit auto, comme tout prêt, implique des obligations pour les deux parties. Le prêteur (la banque ou organisme de crédit) et l’emprunteur ont chacun leur rôle. De son côté, le souscripteur du contrat s’engage à rembourser les échéances de son prêt, dans les conditions prévues dans cet accord. Toutefois, il reste possible d’en modifier certains aspects si cela s’impose. L’emprunteur peut en effet souhaiter solder son crédit, en le remboursant de façon anticipée. Cette décision s’avère profitable pour le signataire, puisque ce paiement plus rapide que prévu rend le prêt moins onéreux. Par ce biais en effet, l’emprunteur paie moins d’intérêts.

Une protection légale pour l’emprunteur

Un crédit affecté à l’achat d’un véhicule impose des conditions rigoureuses au souscripteur. Cependant, ce dernier bénéficie d’un cadre protecteur du point de vue légal. Après obtention d’un accord de prêt automobile et dans un délai de deux semaines, l’emprunteur est en droit de faire machine arrière. Pour se rétracter, il lui suffit de prévenir la banque par lettre recommandée. Par ailleurs, le prêt automobile est largement accessible à un grand nombre de personnes. Celles qui sont inscrites au « fichier national des incidents de paiement » ou qui n’ont pas de revenus réguliers se voient néanmoins exclues de cette possibilité d’emprunt. C’est aussi le cas des mineurs et potentiels souscripteurs vivant à l’étranger. Avant l’accord officiel de prêt, le signataire n’a rien à verser. Lorsque l’emprunteur a du mal à régler ses échéances, il peut négocier un nouveau calendrier de mensualités avec des sommes plus modestes sur une durée plus longue. Il vaut mieux en effet signaler ses propres difficultés dès que possible, plutôt que se retrouver au cœur d’une procédure de contentieux. Dans le cas des remboursements anticipés, la banque peut infliger des pénalités, sauf si le crédit auto s’avère inférieur à 10 000 euros. D’autres motifs permettent d’éviter ces frais, ils font l’objet d’une classification établie par le code de la consommation. Grâce à un taux aussi bas que possible, l’acheteur à crédit conserve son pouvoir d’achat au lieu de prélever une somme élevée dans ses économies. Garder de la trésorerie pour soi en vue d’éventuels aléas qui entraînent des dépenses imprévues est aussi judicieux. Ainsi, un emprunteur qui a fondé un foyer ne fait pas subir une baisse de niveau de vie à ses proches. Le crédit auto rend aussi possible l’achat d’une voiture durable, promise à une belle longévité sans frais de réparations à la clé.

Attestation internationale d’assurance auto : qu’est-ce que la carte verte en assurance auto ?
Véhicule en fourrière : les règles de dépôt et les alternative

Plan du site